N’arrêtez pas de célébrer: après le jour de Noël, Noël continue

Le monde laïc se «prépare» (si nous pouvons utiliser ce mot) pour Noël avec des mois de décoration criarde, des friandises de vacances et des dépenses folles, mais lorsque le 26 décembre arrive, le monde a déjà l’impression que Noël est «terminé», se permettra un jour ou deux de récupération de l’excès de gaieté, puis se remettra au travail. Dans le meilleur des cas, les décorations pourraient rester jusqu’au 1er janvier ou un peu plus tard, pour «sonner dans la nouvelle année». Après cela, la saison des célébrations est terminée.

Les catholiques devraient avoir une conception totalement différente de Noël. Avant Noël, nous observons la saison pénitentielle de l’Avent, en préparant la grande fête sans trop de joie manifeste. Traditionnellement, les familles décoraient le sapin de Noël peu avant le grand jour, le 23 ou le 24. Venait la messe de minuit, inaugurant la Nativité du Seigneur, qui est intensément célébrée pendant une octave (huit jours, du 25 décembre au 1er janvier, la circoncision, également connue sous le nom de solennité de Marie, Mère de Dieu). La Nativité s’étend jusqu’à l’Épiphanie le 6 janvier (le fameux «douzième jour») et inaugure quarante jours de Noël, se terminant le 2 février par la Chandeleur ou la fête de la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie. En d’autres termes, quatre cercles concentriques de célébration: (1) Noël, (2) l’octave, (3) les douze jours et (4) les quarante jours.

Il est très important pour nous de ne pas céder à l’approche laïque qui, en quelque sorte, célèbre Noël avant Noël et non après. Nous devons vraiment faire un effort – dans la façon dont nos maisons sont décorées, la façon dont nous observons les dimanches et les jours saints, les histoires que nous lisons et les autres activités que nous faisons dans la maison – pour garder l’esprit de Noël vivant, tout au long de cette période du 26 décembre au 2 février. Oui, la grande fête est si importante! Une telle observance devient également une catéchèse contre-culturelle dans l’un des mystères centraux de la foi chrétienne: l’incarnation du Fils de Dieu. C’est le pivot de toute l’histoire humaine et de l’histoire de chaque homme, femme et enfant.

Malheureusement, les réformes liturgiques de l’Église catholique n’ont pas nécessairement aidé les familles à garder la saison de Noël aussi bien qu’elle pourrait être conservée. Le premier problème a été l’abolition totale des «commémorations». Pendant de nombreux siècles, l’Église a observé de façon appropriée plusieurs événements à la fois en utilisant un ensemble supplémentaire de prières ou «orations» à la messe (Collect, Secret, Postcommunion). Ainsi, alors que le 26 décembre est la fête de Saint-Étienne, le 27 décembre celle de Saint-Jean et le 28 décembre celle des Saints Innocents, etc., il y avait toujours en plus les oraisons de Noël, de sorte qu’on se rappelait continuellement que Noël est une fête de huit jours. Maintenant, cela peut souvent ressembler à une fête d’une seule journée.

Le deuxième problème est la perte, à toutes fins utiles, de la fête de l’Épiphanie, qui, au lieu d’être célébrée le 6 janvier (comme elle a été conservée pendant des millénaires en Orient et en Occident), est maintenant suspendue à l’endroit le plus pratique à proximité. Dimanche, afin de ne pas provoquer de chocs ou de surprises dans notre routine de travail. Cela a pour effet de neutraliser l’Épiphanie comme quelque chose de spécial, ce qui en fait comme tous les autres dimanches, au lieu de la voir comme une fête de lumière qui éclate dans le monde «par surprise», tout comme elle éclate dans nos vies un lundi ou un Jeudi ou quel que soit le jour, ce qui ralentit notre rythme et nous fait nous adapter à la seigneurie de Dieu au fil du temps. Il a en fait besoin de nous dire d’organiser une fête, car il sait que nous serons trop paresseux ou préoccupés pour le faire autrement!

La lecture du grand liturgiste Dom Prosper Guéranger permet d’apprécier ce qu’est une fête extraordinaire pour l’Épiphanie. Pour tant de raisons, elle est grande et glorieuse – en effet, l’Épiphanie partage avec les fêtes de Noël, de Pâques, de l’Ascension et de la Pentecôte l’honneur d’être appelé, dans le Canon romain de la messe, «un jour très saint». Il devrait être célébré avec enthousiasme; nous pouvons espérer qu’un jour les autorités ecclésiastiques lui redonneront leur ancien statut de jour saint d’obligation le 6 janvier.

Heureusement, ces deux choses – les commémorations, l’Épiphanie – sont toujours observées partout où la liturgie latine traditionnelle a perduré ou est revenue. Le nombre d’églises profitant du Summorum Pontificum et le nombre de familles capables de façonner leurs dévotions familiales en conséquence continuent d’augmenter.

Nous devons garder l’esprit de Noël jusqu’à la Purification. L’arbre, les lumières et les décorations peuvent rester jusqu’au 2 février. Il en va de même pour les églises catholiques: elles ne devraient pas se plier à la pression séculaire, mais conserver l’esprit de Noël pendant le mois de janvier, sinon jusqu’à la Chandeleur. Nous sommes mis au défi d’être des maximalistes, pas des minimalistes; pour écouter le conseil de saint Paul que nous entendons le dimanche de Gaudete: « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, et je le dis, réjouissez-vous! »

C’est une leçon particulièrement nécessaire à tous les catholiques qui vivent dans des pays à forte culture protestante, comme les États-Unis d’Amérique, où le cycle liturgique a joué peu de rôle dans la formation de l’imagination et de la vie familiale. Il en sera de même pour Pâques et son octave ainsi que pour la Pentecôte et son octave (partout où les catholiques conservent leur tradition). Dans tous ces cas, nous avons tant de raisons de faire le pas supplémentaire pour rendre les fêtes évidentes, joyeuses et mémorables. Et nous n’avons pas à être gênés si nous nous retrouvons coupés des coutumes familiales ancestrales et ayant besoin de «redécouvrir» et même, dans une certaine mesure, de «réinventer» les vacances; c’est la condition de la plupart des Occidentaux modernes, à un degré ou à un autre.

Nous devons humblement accepter que nous avons du travail à faire, puis nous mettre au travail, une étape à la fois. Essayez d’introduire une chose chaque année pour une saison spéciale ou un jour de fête spécial que vous n’avez pas fait auparavant, et si cela fonctionne bien, continuez l’année suivante. Ajoutez comme vous pouvez le gérer (cela devient plus facile car les enfants plus âgés peuvent aider). Après un certain temps, vous aurez dans votre famille les coutumes de Noël, de Pâques et de Pentecôte que vous souhaiteriez avoir grandies.
Peter Kwasniewski

article de lifesite

Publié par La Barrette Masquée

Tradition is the future

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :